La historia

Jean Jacques Waltz

Jean Jacques Waltz


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Jean Jacques Waltz nació en Colmar en Alsacia el 23 de febrero de 1873. Estudió arte en Lyon pero regresó a casa donde hizo campaña contra la ocupación alemana de Alsacia y Lorena. Waltz, que se convirtió en un artista e ilustrador popular, siempre firmó su obra Hansi.

En 1914 Waltz fue arrestado por las autoridades alemanas y acusado de alta traición. Logró escapar y unirse al ejército francés. Transferido al Departamento de Propaganda, Waltz produjo varios carteles en apoyo del esfuerzo bélico.

Después de la Primera Guerra Mundial, Waltz se convirtió en curador del Museo de Colmar. Sobrevivió a un intento de asesinato durante la Segunda Guerra Mundial que se cree que fue llevado a cabo por la Gestapo. Jean Jacques Waltz murió en 1951.


Jean-Jacques Waltz est le benjamin d'une famille de quatre enfants né du mariage de Jacques André Waltz et de Rosalie Clémence Dunan. Les Waltz vivent en Alsace depuis le XVII e siècle et on trouve dans leurs ancêtres des boulangers, des chapeliers et des bouchers. Après avoir été tout d'abord boucher comme son propre père, le père de Jean-Jacques Waltz devient bibliothécaire à la bibliothèque municipale de Colmar en 1881 et en 1891 conserteur du musée Unterlinden. Autodidacte, il aquiert une très grande connaissance de l'Alsace et de Colmar, cité typiquement alsacienne, mais de tradition française. C'est lui qui éveille très tôt chez son fils un intérêt pour l'histoire et l'art. Il est impacté par l'annexion, qui rompt les liens qu'il entretenait avec la France.

Jean-Jacques Waltz (Hansi) fréquente le lycée impérial depuis 1881. Au lycée, sa cible favourite sont ses professeurs dont ciertas viennent parfois de régions d'Allemagne très éloignées de l'Alsace pour y enseigner le français. Hansi détestait ses professeurs allemands. Il écrira:

«Quand dans la journée j'avais été brutalisé au lycée boche, quand le professeur d'allemand nous avait enseigné que la langue allemande était la plus belle et la plus ancienne de toutes les langues, quand le professeur d'histoire avait insulté nos pères et tous les Français, en remontant jusqu'au temps de Charlemagne, quand le professeur de français, originaire de Koenigsberg, nous avait prouvé que ni les Français ni les Alsaciens ne savaient leur propre langue et que ce n'est qu'à Koenigsberg que l'on parle le français correctement, quand, à mon retour du lycée, d'où tous les jours je rapportais quelques gifles et quelques heures d'arrêts, j'avais rencontré les officiers insolents battant le pavé de notre ville, les fonctionnaires, laids et arrogants, et que je rentrais chez moi, triste et découragé, alors, pour me consoler, mon père me racontait combien notre petite ville était belle du temps français [1]. »

Son père le retire de ce lycée en 1894, et l'envoie à Lyon suivre les cours de dessin industriel de la Société d'enseignement professionnel du Rhône, il traje aussi les course de peinture et d'arts décoratifs, toujours à Lyon. À la suite d'une pleurésie contractée en 1896, il doit rentrer à Colmar. Ensuite on le retrouve, jusqu'à 1909, comme dessinateur tout d'abord dans une usine textile à Cernay, puis aux établissements Herzog à Logelbach.

Après son séjour à Lyon, il retourne en Alsacia où il devient célèbre comme dessinateur de cartes postales, dont certaines sont distribuées par l'Association des hôteliers et restaurateurs des Hautes-Vosges. Il est bien connu pour sa grande taille, sa lavallière et son chapeau de feutre, signes distinifs des artistes à cette époque. Les motifs de ses illustrations allient souvent des scènes villageoises idylliques avec de mordantes caricatures anti-allemandes. Tandis qu'au premier abord, ses ilustraciones paraissent d'innocentes scènes de la vie alsacienne, une observación más atento permet d'y déceler une averssion pour les Allemands qui sera la marque de Hansi.

Grâce à deux peintres Alexis Kreyder y Léon Hornecker, il fait connaissance des artistes strasbourgeois de la Revue alsacienne illustrée qui travaillent au maintien du particularisme alsacien, l'un d'eux est Charles Spindler. Le jeune Jean-Jacques Waltz s'engage contre l'annexion de l'Alsace-Lorraine (et surtout de l'Alsace) par l'Allemagne, conséquence du traité de Francfort qui fait suite à la guerre franco-allemande de 1870. Pour cela, il fait de nombreux dessins satiriques d'Allemands en Alsace qu'il rend ridicules. Son frère aîné est étudiant en pharmacie et l'aide à publier ses dessins dans le bulletin de l'Association des étudiants en pharmacie de Strasbourg (H2S ou Hazweiess), publicación ironique, critique et anti-allemande. C'est pour signer ces dessins qu'il utilizar pour la première fois le pseudonyme Hansi qui est à la fois «Hans» (Jean) suivi de «J» pour «Jakob» (Jacques), Hansjakob Waltz. Hansi ridiculise le touriste allemand qu'il représente avec son chapeau tyrolien, son sac à dos et son bâton. Il représente l'expansionnisme allemand, lui-même anime par les association nationalistes dont la Ligue pangermaniste. Comme Colmarien, Hansi se unen a la oposición anti-allemande et anti-prussienne, no los líderes sont l'abbé Wetterlé, Jacques Preiss y Daniel Blumenthal, qui sont députés au Reichstag.

Grâce à ce succès, Jean-Jacques Waltz peut imprimer en 1907 un recueil d'aquarelles intitulé Tours et Portes d'Alsace. Ce livre qui n'est pas vraiment engagé est néanmoins préfacé de Joseph Fleurent, avocat colmarien qui défend la seule culture française pour les Alsaciens. En 1908 son éditeur Bahy réédite les Vogesenbilder et publie une deuxième série Die Hohkönigsburg im Wasgenwald und Ihre Einweihung (inauguración de le Haut-Koenigsbourg et son). Le professeur Knatschké est censé comentar las ilustraciones, ce qui permet à Hansi de railler l'inauguration du château du Haut-Kœnigsbourg restauré à l'initiative de Guillaume II.

En 1908, parait chez Bader le livre Der Professor Knatschke qui avait auparavant été publié sous la forme de feuilleton dans le journal de Mulhouse l 'Rápido. Bien que Hansi ne s'implique pas dans la politique, il se trouve mêlé à l'affaire Gneisse. Ce proviseur du lycée de Colmar avait, dans un article publié dans la Puesto de Strasburger, soutenu la nécessité d'un enseignement uniquement en allemand pour ne pas permettre à l'armée française d'obtenir des renseignements de la part des Alsaciens [2]. Hansi publie une caricature de Gneisse qui porte plainte et Hansi est condamné à cinq cents marks d'amende et l'éditeur du journal l'abbé Wetterlé à deux mois de prison. Dans son numéro de Noël 1911, la revue L'Ilustración publie des aquarelles de Hansi présentées par Maurice Barrès. En 1912 paraît chez Henri Floury une édition française du Professeur Knatschké due au Docteur Colli, seudónimo de H. Collignon, secrétaire général de la présidence de la République. Pour Noël de la même année, il publie Histoire d'Alsace racontée aux petits enfants de France par l'oncle Hansi où l'histoire est présentée de façon partielle et partiale.

Dans le livre, Profesor Knatschke, Hansi avait identifié le ridicule professeur avec son ancien proviseur du Gymnasium de Colmar, nommé Gustav Gneisse. L'affaire a des conséquences, puisque Gustav Gneisse, devenu le symbole du pangermanisme et de la sottise, est expulsé d'Alsace après 1918 et le retour des Français. Revenu en Alsace en 1940, à la faveur de la victoire allemande, afin d'habiter chez sa fille qui peut s'occuper de lui alors qu'il est malade et presque aveugle, Gustav Gneisse est de nouveau contraint de repasser la frontière vers l «Allemagne après la Libération.

En mayo de 1913 Hansi est condamné à neuf cents marks d'amende pour avoir insulté, dans son Histoire d'Alsace, la colectivité des Allemands venus en Alsace après 1870. Le 9 juillet 1914, un nouveau procès s'ouvre à Leipzig, qui condamne Hansi à un an de prison. Il profite d'un pasaje à Colmar pour s'échapper et gagner la France.

À la même époque, son ami, Henri Zislin, dessinateur et tout aussi patriote, effectue plusieurs séjours en prison pour attaque contre l'Empire.

Hansi s'engage au 152 e régiment d'infanterie en tant que caporal. Il est ensuite muté à l'état-major de la division où il est d'abord interprète stagiaire (sous-officier) puis officier Interprète militaire. Il est ensuite impacté au service de la propagande aérienne aux côtés d'Ernest Tonnelat. Tous deux publieront leurs souvenirs de cette expérience en 1922 [3].

Il réalisera une affiche pour l'emprunt de guerre de 1917, où il met en scène une ville alsacienne. En 1918 lorsque l'Alsace réintègre la France, il crée une autre affiche [4]. Après la victoire des Alliés, il publie deux livres en 1918: Le Paradis tricolor et en 1919 L'Alsace heureuse. Dans ce dernier livre, il raconte ses démêles avec des juges allemands, son évasion, sa guerre, l'entrée des troupes françaises en Alsace et le départ des emigrés. En 1920, il est fait officier de la Légion d'honneur par le président Millerand.

Sa haine de l'Allemagne lui fit écrire après que Wilson eut tout simplement obliga a France à respecter les termes du Traité de Versailles:

Après la signature de la paix, quelle déception pour les Alsaciens, quel soulagement pour les Allemands, quand l'Alsace a vu des Allemands revenir en foule! La France, avec une mentalité de vaincu, appliquait pleinement, plus que pleinement, l'article du Traité qui confère la nationalité française à tout Allemand ayant épousé une Alsacienne ou une Lorraine. En vérité la France n'était nullement obligée d'appliquer le traité jusque dans ses articles qui lui nuisent le plus, alors que l'Allemagne vaincue déclarait son mépris pour le «chiffon de papier» signé à Versailles. Et, si la France pouvait se considérer comme obligée à rouvrir ses portes aux Allemands qui se sont mariés chez elle, était-elle obligée de leur rendre leurs places d'avant-guerre, avec tous les bénéfices d'après-guerre [5] ?

Dans l'après-guerre, non seulement la popularité de Hansi décroît, mais l'incompréhension s'installe également. Si les Alsaciens ont accueilli l'armée française avec joie, ils ne veulent toutefois pas perdre une identité durement préservée pendant la période allemande. Hansi se trouve en una situación paradójica: il n'approuve pas l'autonomisme, dans lequel il ne voit que la main de l'Allemagne. Ses livres, Le Voyage d'Erika en Alsace française (1921) y La Fresque de Geispolsheim (1935), n'ont pas d'écho. Il écrit des livres qui expriment son Attrait pour la beauté de l'Alsace mais qui ne rencontrent plus le même succès: Colmar en Francia (1923), La Merveilleuse Histoire du bon Saint Florentin d'Alsace (1925), Les Clochers en les Vignes (1929), et Au pied du Mont Sainte-Odile (1934). Aujourd'hui, ces livres sont particulièrement recherchés par les collectionneurs car ils ont été tirés à peu d'exemplaires. Hansi dessine des cartes postales, des aquarelles et des dessins publicitaires, ainsi que des enseignes que l'on peut encore voir, en particulier dans les rues de Colmar. Hansi succède à son père comme conservateur du musée Unterlinden à la mort de celui-ci en 1923 et reprend un de ses manuscrits sur L'Art héraldique en Alsace. Hansi est célibataire et vit avec le couple de son frère et de sa belle-soeur dans une maison qu'ils possèdent dans la vieille ville de Colmar.

Pourtant Hansi ne délaisse pas son adversaire préféré, le pangermanisme. Il pense que les Allemands n'ont pas renoncé à dominer l'Alsace et qu'ils développent une propagande insidieuse qui s'appuie sur les activités d'associations d'associations culturelles (Institut d'Études alsaciennes, communities d'histoire locale, représentations théâtrales comme celles du théâtre de Fribourg à Colmar ou Estrasburgo). Il s'en prend à des sympathisants allemands comme l'abbé Brauner qui, selon Hansi, sont directement financés par l'Allemagne. Hansi attaque directement le mouvement autonomiste et soupçonne le quotidien anti-français et autonomiste Elz (Elsaß-Lothringische Zeitung), fondé en 1929, d'œuvrer pour l'Allemagne. Juste après le début de la Seconde Guerre mondiale, Hansi approuve l'arrestation des autonomistes alsaciens et il considère comme un juste châtiment l'exécution pour espionnage en février 1940 de Karl Roos, autonomiste membre du Parti National Indépendant.

Deux jours après la déclaration de guerre de 1939, Hansi se rend très rapidement en Bourgogne, puis à Agen où les services de la préfecture du Haut-Rhin ont été évacués. Dans la nuit du 10 au 11 avril 1941, il est battu par trois hommes de la Gestapo et laissé pour mort. Hansi échappe de peu à la mort, vit dans le Midi, puis va en Suisse fin 1942 et habite à Lausanne. Il survit en reproduisant des aquarelles faites en Alsace. Il ne reviendra à Colmar qu'en juin 1946, après que sa maison, dévastée et pillée, aura été remise en état. Affaibli par l'attentat dont il a été victime, il se remet néanmoins au travail et peint des dessins publicitaires et des enseignes. Le livre Le professeur Knatschké est réédité en 1947, mais il rencontre peu de succès. Il y dénonce le danger d'un retour du national-socialisme. Hansi publie ses mémoires sous le titre Les Souvenirs d'un anexo récalcitrant, en deux tomes, Madame Bissinger prend son bain et Le Premier Phonographe. Hansi y avoue qu'il avait pour ami un Allemand. Jusqu'à sa mort, Hansi reçoit de nombreuses distinciones: entre autres, il est fait citoyen d'honneur de la ville de Colmar, il est élu membre correspondant de l'Académie des Beaux-Arts et reçoit l'insigne de commandeur de la Legión de Honor. Jean-Jacques Waltz-Hansi meurt le 10 juin 1951. Ses obsèques sont menées par une compagnie du 152 e régiment d'infanterie, le fameux 15-2 [6], dans lequel il avait servi.

La fin de sa vie n’en fut pas moins bien triste. En janvier 1951 il écrivait: «Voici l'hiver et la vieillesse inséparables - et le froid, la neige, les courtes journées sombres et les interminables nuits blanches, et l'anémie, l'arthritisme, les autres infirmités - et les médecins. A présent, plus de promenades du soir dans les vieilles rues, plus de tournée au Musée et plus de respect de déférente admiration et de reconnaissance pour le chef-d'œuvre, mais le soir, dans l'ombre de l'atelier en devine l'affreux cafard, l'ennemi du joyeux et divin travail. »Et Robert Heitz écrivait une semaine après sa mort:« Trop fier pour récriminer, veillant jalousement à son indépendance, il a payé son intransigeance au prix d'une soledad frisant l'oubli et d'une vie matérielle pénible. Aussi bien, quand demain, sur sa tombe les officiels vanteront avec force trémolos les mérites et la gloire d'un des meilleurs serviteurs que la France ait eus en Alsace, ceux qui savent ne seront pas dupes. On a eu beau le couvrir de médailles et de cravates rouges, il n'en reste pas moins que la France officielle, sans imagine et sans cœur, n'a pas su trouver la formule qui eût évité à ce vieillard de vivre dans une gêne matérielle qui, sans le concours discret de quelques amis fidèles, eût été la misère pure et simple. »[7]

Hansi a pris un parti clair, en faveur de la France. Cela lui a attiré des inimitiés de la part des autonomistes, des compatriotes favorables à l'Allemagne et des Allemands. Ceux-ci lui ont reproché ses outrances, comme ses caricatures où il dessinait les Allemands expulsés brutalement d'Alsace. Il les dessinait dans tous les cas emportant une pendule. Si ses œuvres sont considérées comme outrancières par celies de nos jours, elles n'en reflètent pas moins les émotions de son époque motivées par l'étendue de la menace allemande. Il convient de préciser que des outrances anti-françaises chez les artistes concurrents étaient considérables et qu'Hansi prenait des risquespersons importants à s'exprimer de la sorte dans l'Empire allemand, régime beaucoup moins libéral que la République française. Comme nombre d'artistes immédiatement marqués par les guerres, l'œuvre de Hansi doit être restituée dans le context historique et social.

Les álbumes de Hansi, abondamment vendus vers les années 1910, où les village alsaciens disparaissaient sous les drapeaux tricolores, ont fait croire trop facilement à l'opinion française que le retour à la France ne poserait aucun problème et ont contribué à cacher l'ampleur de la crise autonomiste après 1924.

Pour Tomi Ungerer, Hansi était un maître [8] sur le plan artistique, même si par ailleurs il le considère comme «un salaud qui enseignait la haine aux enfants». Mais c'est faire bon compte du talent d'Hansi. Sa popularité est toujours aussi vive les dessins de Hansi se trouvent partout en Alsace, alors que d'autres dessinateurs comme Simplizius [9], le plus connu des dessinateurs alsaciens anti-français de l'entre-deux-guerres, sont désormais quasiment oubliés .

De nos jours, de nombreux ouvrages sont republiés in extenso, sans avertissement, sans contextualisation, par les éditeurs. Ciertos pasajes, ciertos dessins peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes. Il s'agit notamment de l'ouvrage Le Paradis Tricolore, qui contient la mención de boche à dix-huit repite. Hansi est sans aucun doute un artiste germanophobe, qu'il faut toutefois substitucer dans le context de l'histoire d'Alsace et du comportement des Allemands. De nos jours, son œuvre prête régulièrement à débat, tant par son message, qui interroge sur la pertinence de l'Amitié franco-allemande, mais également par son imagerie qui est massivement utilisée dans le commerce, au détriment de la création contemporaine.

Aujourd'hui, si un livre comme Mon pueblo garde un cierto encanto, seuls quelques amateurs lisent encore les album anti-allemands comme Le Professeur Knatschke. Reste l'œuvre artistique de ce dessinateur populaire, devenue une mine pour les fabricants de souvenirs alsaciens: chaque détail y est travaillé avec un soin minutieux, au point qu'il peut devenir un motif à lui tout seul c'est-à-dire qu'on les retrouve à foison sur les boîtes de biscuits, les assiettes ou les serviettes de table. Steve Risch, titulaire actuel des droits d'auteur, n’hésitait pas à déclarer: «Hansi, c'est l'image de l'Alsace. Les gens me disent que c'est comme si j'avais les droits de la tour Eiffel pour Paris. »[10].

Pour les écoliers alsaciens, le français était souvent, avec l'alsacien, l'une des deux langues maternelles (depuis le Second Empire, la bourgeoisie l'avait souvent adopté en famille, et cet use s'était généralisé après 1871 par esprit d 'oposición). Hansi se moque des pédagogues allemands qui prétendent mieux parler le français que les Alsaciens. Il fait écrire à Elsa Knatschke [11]:

«Le français que parlent les Alsaciens n'est pas du tout le français correcto j'ai toujours été première en français à l'école, et je ne comprenais pas un mot de ce qu'ils disaient. D'abord ils ne donnent pas de valeur à la «hasch haspirée» secondement, et cela entre autres choses, ils ne savent pas prononcer comme on le doit les finales en en et en sobre. Bien que, dans la grammaire classique de Plœtz [12], il soit dit formellement, leçon 28, qu'il faut prononcer la maison: « la mäsong »Et le matin:« lö matäng », Les Alsaciens prononcent tout autrement. C'est à cause de cela qu'on fait venir, maintenant, de Kœnigsberg, les meilleurs professeurs de français que l'on ait en Alsace (par exemple à Strasbourg). »


Hansi (Jean-Jacques Waltz, ídem) - L & # 39histoire d & # 39Alsacia. Racontée aux Petits Enfants d & # 39 Alsace et de France par l & # 39Oncle Hansi - 1913

Jean-Jacques Waltz, también conocido como Hansi. L'histoire d'Alsace. Racontée aux Petits Enfants d'Alsace et de France par l'Oncle Hansi. Con muchas imágenes hermosas de Hansi y Huen. Paris, H. Floury, 1913. Cuarto grande de 28 x 35 cm. Encuadernación de percalina gris azulado, adornada en las dos portadas con una composición en color, una que representa al tío Hansi contando la historia a unos niños, la segunda una catedral que aparece sobre los tejados alsacianos, título del libro y nombre del autor en relieve en oro y negro en los forros de la portada y guardas de papel ilustradas con imágenes repetidas de cigüeñas, bordes rojos (encuadernación de cartón de la editorial de Engel). 100 páginas. Completo.

Una magnífica primera edición de esta obra en elogio de Alsacia, ilustrada por Hansi, conservada en su espléndida encuadernación de cartón policromada de Engel: encuadernación de percalina gris azulado, adornada en las dos cubiertas por una composición en color, una que representa al tío Hansi relatando la historia para algunos niños, el segundo una catedral que aparece sobre los tejados alsacianos, título del libro y nombre del autor grabado en oro y negro en los forros de la portada y guardas de papel ilustradas con imágenes repetidas de cigüeñas, bordes rojos. Trabajo de propaganda, destinado a la juventud, en el que la oposición antitética es fuerte. De manera caricaturizada, Hansi pinta una Alsacia francesa resplandeciente, con colores brillantes en contraposición a las imágenes oscuras que ilustran la Alsacia germánica de aspecto bárbaro. - Una copia preciosa, el cartón está en buenas condiciones, el lomo está un poco descolorido, ligera fricción en las coronas por el uso. Fresco y limpio por dentro.


Obras

  • Profesor Knatschke
  • Le voyage d'Erika en Alsace Française
  • L'Histoire d'Alsace Racontée aux Petits Enfants d'Alsace et de France par l'Oncle Hansi
  • Mon Village, ceux qui n'oublient pas
  • L 'Alsace Heureuse
  • Le Paradis Tricolore
  • A travers les lignes enemigos
  • L'Alsace
  • Colmar en Francia
  • Colmar, guía illustré des champs de bataille
  • Les clochers en les Vignes
  • Au pied de la Montagne Ste Odile
  • La fresque de Geispolsheim et autres balivernes
  • La merveilleuse Histoire du bon Saint Florentin
  • Les armes des villes et des communes 80 documentos héraldiques dessinés et commentés par JJ Waltz
  • Les armes des tribus et des corporations et emblèmes des artisans
  • Les armes des nobles et des bourgeois
  • Souvenir d'un Annexé récalcitrant

Honores



Información a partir de: 14.07.2020 02:11:07 CEST

Cambios: Se eliminaron todas las imágenes y la mayoría de los elementos de diseño relacionados con ellos. Algunos iconos fueron reemplazados por FontAwesome-Icons. Algunas plantillas se eliminaron (como "el artículo necesita expansión) o se asignaron (como" notas de sombrero "). Las clases de CSS se eliminaron o armonizaron.
Se eliminaron los enlaces específicos de Wikipedia que no conducen a un artículo o categoría (como "Redlinks", "enlaces a la página de edición", "enlaces a portales"). Cada enlace externo tiene un FontAwesome-Icon adicional. Además de algunos pequeños cambios de diseño, se eliminaron el contenedor de medios, los mapas, los cuadros de navegación, las versiones habladas y los microformatos geográficos.


Obras

Professor Knatschke Le voyage d & # 039Erika en Alsace Française L & # 039Histoire d & # 039Alsace Racontée aux Petits Enfants d & # 039Alsace et de France par l & # 039Oncle Hansi Mon Village, ceux qui n & # 039oublient pasvers He # 039 Parasadis les lignes enemies L & # 039Alsace & # 039 Colmar en France Colmar, guide illustré des champs de bataille Les clochers dans les Vignes Au pied de la Montagne Ste Odile La fresque de Geispolsheim et autres balivernes La merveilleuse Histoire du bon Saint Florentin Les armes des villes et des communes 80 documentos héraldiques dessinés et commentés par JJ Waltz Les armes des tribus et des corporations et emblèmes des artisans Les armes des nobles et des bourgeois Souvenir d & # 039un anexo récalcitrant


Hansi (Jean-Jacques Waltz, ídem) - L & # 39histoire d & # 39Alsacia. Racontée aux Petits Enfants d & # 39 Alsace et de France par l & # 39Oncle Hansi - 1913

Jean-Jacques Waltz, también conocido como Hansi. L'histoire d'Alsace. Racontée aux Petits Enfants d'Alsace et de France par l'Oncle Hansi. Con muchas imágenes hermosas de Hansi y Huen. Paris, H. Floury, 1913. Cuarto grande de 28 x 35 cm. Encuadernación de percalina gris azulado, adornada en las dos portadas con una composición en color, una que representa al tío Hansi contando la historia a unos niños, la segunda una catedral que aparece sobre los tejados alsacianos, título del libro y nombre del autor en relieve en oro y negro en los forros de la portada y guardas de papel ilustradas con imágenes repetidas de cigüeñas, bordes rojos (encuadernación de cartón de la editorial de Engel). 100 páginas. Completo.

Una magnífica primera edición de esta obra en elogio de Alsacia, ilustrada por Hansi, conservada en su espléndida encuadernación de cartón policromada de Engel: encuadernación de percalina gris azulado, adornada en las dos cubiertas por una composición en color, una que representa al tío Hansi relatando la historia para algunos niños, el segundo una catedral que aparece sobre los tejados alsacianos, título del libro y nombre del autor grabado en oro y negro en los forros de la portada y guardas de papel ilustradas con imágenes repetidas de cigüeñas, bordes rojos. Trabajo de propaganda, destinado a la juventud, en el que la oposición antitética es fuerte. De manera caricaturizada, Hansi pinta una Alsacia francesa resplandeciente, con colores brillantes en contraposición a las imágenes oscuras que ilustran la Alsacia germánica de aspecto bárbaro. - Una copia preciosa, el cartón está en buenas condiciones, el lomo está un poco descolorido, ligera fricción en las coronas por el uso. Fresco y limpio por dentro.


MON VILLAGE. CEUX QUI N & # 39OUBLIENT PAS. IMÁGENES Y COMENTARIOS PAR L & # 39ONCLE HANSI.

HANSI. (JEAN-JACQUES WALTZ, DIT. 1873-1951).

Publicado por H. FLOURY? EDITEUR. (1913)., 1913

IN-4 OBLONG (24,5 X 33 X 1,5 CENTIMETROS AMBIENTE) DE (4) + 33 ET (1) PAGES, RELIURE DE L & # 39EDITEUR PLEINE PERCALINE BLEU CLAIR A DECOR POLYCHROME, TITRE EN NOIR ET EN DORE, TRANQUES ROUGES (ENGEL RELIEUR). EDICIÓN ORIGINALE ILLUSTREE DE NOMBREUSES COMPOSITIONS EN COULEURS IN ET HORS TEXTE EN PREMIER TIRAGE. PETITE DECHIRURE SANS MANQUE SUR LA PAG. 23-24, PETITES TRACES D & # 39USURE EXTERIEURE SANS GRAVITE, SINON BON EJEMPLAIRE.


Jean-Jacques Waltz, llamado Oncle Hansi o Hansi

Su cuenta de fácil acceso (EZA) permite a los miembros de su organización descargar contenido para los siguientes usos:

  • Pruebas
  • Muestras
  • Composicion
  • Diseños
  • Cortes toscos
  • Ediciones preliminares

Anula la licencia compuesta en línea estándar para imágenes fijas y videos en el sitio web de Getty Images. La cuenta EZA no es una licencia. Para finalizar su proyecto con el material que descargó de su cuenta de EZA, necesita obtener una licencia. Sin una licencia, no se pueden hacer más usos, como:

  • presentaciones de grupos focales
  • presentaciones externas
  • materiales finales distribuidos dentro de su organización
  • cualquier material distribuido fuera de su organización
  • cualquier material distribuido al público (como publicidad, marketing)

Debido a que las colecciones se actualizan continuamente, Getty Images no puede garantizar que ningún artículo en particular esté disponible hasta el momento de la licencia. Revise cuidadosamente las restricciones que acompañan al Material con licencia en el sitio web de Getty Images y comuníquese con su representante de Getty Images si tiene alguna pregunta al respecto. Su cuenta EZA permanecerá en su lugar durante un año. Su representante de Getty Images hablará con usted sobre la renovación.

Al hacer clic en el botón Descargar, acepta la responsabilidad de utilizar contenido no publicado (incluida la obtención de las autorizaciones necesarias para su uso) y acepta cumplir con las restricciones.


Biografía

Vida temprana

Jean-Jacques Waltz nació en Colmar el 23 de febrero de 1873, dos años después de la anexión de Alsacia por el Imperio Alemán tras la Guerra Franco-Prusiana de 1870-1.

Trabajó como artista para la industria textil y dibujó postales y programas para eventos locales. Comenzó a publicar obras satíricas en 1908 bajo el seudónimo de & quotHansi & quot, burlándose especialmente de los turistas alemanes.

Primeras obras satíricas y Primera Guerra Mundial

Hansi se hizo famoso con su polémica obra satírica Profesor Knatschke (1912), que se convirtió en un éxito de ventas en Francia, así como varias otras obras militantes. Llegó a encarnar el símbolo de los alsacianos pro-franceses, especialmente entre los intelectuales franceses "revanchistas" como Maurice Barr & # xE8s.

Hansi fue encarcelado varias veces por las autoridades alemanas por burlarse de los militares y profesores alemanes, que culminó con una sentencia de un año dictada por el tribunal de Leipzig en julio de 1914. Esto provocó una indignación nacional en Francia, que llegó a los titulares de los periódicos e inspiró dos editoriales de Clemenceau.

Hansi finalmente escapó a Francia, donde se unió al ejército como traductor-oficial cuando estalló la Primera Guerra Mundial.

Vida tardía

En 1940, Hansi, todavía buscado por la Gestapo por sus obras militantes y su traición de 1914, tuvo que huir a la Francia de Vichy. Fue atacado por los nazis en Agen y huyó a Suiza.

Gravemente herido a causa de este ataque, permaneció débil hasta su muerte en 1951.

Legado

Hansi es ahora un arquetipo del folclore de Alsacia. Sus libros originales, publicados en unos pocos miles de ejemplares, son valorados entre los coleccionistas. Es muy común encontrar platos y artículos de uso diario decorados con sus dibujos. Sus libros se han vuelto a publicar varias veces.


Ver el vídeo: Jean Jacques Burnel - Waltz in Blue (Junio 2022).


Comentarios:

  1. Meztishura

    los felicito, que palabras..., una excelente idea

  2. Stoffel

    Inequívocamente, una respuesta rápida :)

  3. Ohanko

    ¡Son todas las historias!



Escribe un mensaje